Home

selene
Nef lancée dans l’espace d’une course à l’aube de l’imaginaire
Accrochant dans son sillage blanc toute une passion oculaire
Sur un petit écran; pour croire à autre chose qu’une froide guerre
À d’anciens rêves comme joindre le Levant par le Ponant de naguère.

Ô Apollo, quand tu as lancé ton char dans les cieux sans les cygnes
Musagète, savais-tu malgré l’ambiguïté de tes muses et de tes signes
Qu’en plantant un drapeau au cœur du domaine vierge de Selene
Que notre rêve étoilé se serait endormi sur la sirène d’Endymion?
Certes en embrassant notre imagination pour endormir notre passion,
Oublié est le désir de conquérir Ares; plutôt lui offrir notre soumission.

Ce fut une nef qui s’est élevée vers les cieux sur le son pur d’une aubade
Ouvrant une nouvelle frontière qui s’est fermée sur le son d’une sérénade
Aux hymnes des nations; envie et haine forment la Prime de cette parade.

Que reste-t-il de ce petit pas d’homme au crépuscule de l’imaginaire?
Qu’a t’on fait de ce bon de géant pour l’humanité? Mais misère,
Cette nef a disparu dans les tranchées de la terreur et de la guerre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s